Les Mysteres de la Franc-Maconnerie à Lunéville

Par les mystères qui l’ont toujours entourée, par son secret d’appartenance, par ce qui s’y fait au sein de ses loges, la Franc-Maçonnerie a toujours excité les esprits et suscité la curiosité. Si pour beaucoup de villes de France et de Lorraine, des historiens ont étudié les membres qui composaient les loges maçonniques, leurs travaux et leurs rapports avec le pouvoir politique, il faut reconnaître que l’histoire de la fameuse loge de Lunéville restait dans l’obscurité.

S’armant de courage et de ténacité, Cédric ANDRIOT et Jack CHOLLET, devant une telle gageure, ont relevé le défi et sont donc partis sur les traces des francs-maçons de Lunéville. Au fil de cette enquête, sort de l’ombre la loge de Lunéville. Vous découvrirez de nombreux frères de cape et d’épée, libertins sous le règne du Roi Stanislas ; vous les retrouverez nombreux parmi les membres du clergé ; vous les suivrez dans les loges militaires de la fin du XVIIIe siècle ; puis démocratisés, anticléricaux et républicains du début du XIXe siècle pour enfin aboutir à ceux, philosophes et tolérants qui poursuivent leurs activités maçonniques de nos jours.

Le bilan de ce travail inédit apporte une pierre d’angle à la compréhension des commencements de la Franc-Maçonnerie lorraine au siècle des Lumières. Ce livre ne nous renseigne pas seulement sur Lunéville, il nous montre une forme de sociabilité qui perdure depuis près de trois siècles. Il nous prouve la plasticité de la Franc-Maçonnerie qui a su, au fil des décennies, répondre aux attentes de la société en devenant un lieu de discussion, d’échanges, de construction du lien politique et social.​

Editions Gérard Louis; Haroué, 2016

Tableau des Loges maçonniques en France en novembre 1737 La loge de Lunéville figure en bas de la liste bien qu'en principe le duché de Lorraine soit un territoire étranger.

BnF, ms 15176, f°15


On retrouve un personnage hors du commun à la fois dans "Les Mystères de la franc-maçonnerie à Lunéville et à la fois dans "Les vies rocambolesques des Arthaud, orfèvres lorrains, francs-maçons et révolutionnaires : le marquis de TAVANNES-CHOISEUL


Il est le vénérable de la loge maçonnique de Lunéville en 1737 tout en étant membre d'une des toutes premières loges parisiennes, celle de Bussy-Aumont. Une grande fraternité unit ces deux loges pourtant éloignées géographiquement.

Alors ce marquis est remarquable par les avatars qui émaillent sa vie au demeurant aventureuse : entre autre, il est ignominieusement condamné à avoir la tête tranchée par la justice de Louis XV qui l'accuse de « rapt d’amour ». Aussi il se réfugie dans le duché de Lorraine, territoire étranger, puisqu'il lui est interdit de venir en France. Mais comme il aime bien la vie parisienne, il prend souvent le risque de s'y rendre incognito et particilièrement à l'Opéra. Les francs-maçons de Lunéville et de Paris se chargent de sécuriser ses voyages à Paris et, sur place, ils le cachent pour l’héberger.

Vous verrez que ce personnage truculent possède le don de se faire apprécier, non seulement par la gente féminine de la cour de Lunéville (voir ci après le cas de la comtesse de Grandville) , mais aussi par le célèbre François-Antoine Devaux, dit Panpan, qu’il couchera sur son testament.




Dans la continuité de cette arrivée de la franc-maçonnerie en Lorraine la famille O'Heguerty va réapparaître à Lunéville après une première implantation en 1720.