En fait, une proto-maçonnerie va fermenter en Lorraine durant quarante-huit ans


1) C'est d'abord l'arrivée de beaucoup d'Irlandais à partir de 1698, venus s'installer en Lorraine pour se mettre au service du duc Léopold qui vient prendre possession de ses duchés de Bar et de Lorraine, que le traité de Ryswick vient de lui permettre. Certains d'entre eux viennent d'Autriche accompagnant Léopold et qui s'étaient déjà expatriés en 1749 fuyant les persécutions de Cromwell. Ils se joignent à ceux qui viennent d'arriver dans la suite de Jacques II.

2) Puis, c'est le retour de Philippe Vayringe, armurier, serrurier et horloger de Léopold de Lorraine qui avait été envoyé à Londres pour se perfectionner en mécanique et en mathématiques. Il se trouve que lors de son séjour à Londres, il avait été initié en 1722 à la franc-maçonnerie par le pasteur Théophile Désagulliers, le célèbre franc-maçon anglais, un des deux pères de la franc-maçonnerie anglaise et en définitive de la franc-maçonnerie mondiale, avec le pasteur James Anderson. Il revient donc à Lunéville en 1723. Même si cette initiation n'est pas déterminante, il a été un vecteur de sa pénétration puisqu'il a dû en parler autour de lui en Lorraine, ne serait-ce qu'à François III de Lorraine qui va se faire initier en 1731 à la Haye par le même Théophile Désaguliers, venu de Londres spécialement pour le duc.


3)Enfin, c'est l'arrivée du roi Stanislas Leszcynski en 1736 qui va permettre l'allumage des feux de la première loge lorraine à Lunéville.